Parenthèse sur la violence – intro

Un constat ouvre la porte au questionnement. La réponse me dirige vers une autre question et remise en question, à laquelle je trouve une autre réponse qui elle même me dirige vers un doute… – et ça n’en fini pas. Comme je voudrais mettre mon esprit en veille.
Cela fait des mois que je réfléchis au « pourquoi » de la violence. Psys et sociologues vous donneront de bien meilleures analyses que la mienne et hautement plus précises. Si il y a analyse, il y a forcément des réponses. Alors, pourquoi ne parvenons nous pas à enrayer cette violence ?  Si nous ne parvenons pas à l’éradiquer dans sa globalité, quelles solutions avons nous afin de dépasser celle des ados ?
La violence chez les adolescents n’est pas un fléau récent. C’est au début du XXe siècle, que des personnalités telles que, « P. Robin, F. Ferrer, A. Aichhorn, Sutherland Neill, A. Makarenko… » ont permis de révolutionner les concepts éducatifs de l’enfant et  des « jeunes délinquants », grâce à leurs différentes théories. Ainsi le monde de la  psychanalyse a rencontré celui de l’éducation. Peu à peu de nouvelles structures d’accueil ont été mises en place afin de recevoir les adolescents en rupture de ban dans une société dévastée par la première guerre mondiale. Enfants et adolescents, dont le seul avenir était voué à la mort, la prison ou maison de correction.
Près d’un siècle s’est écoulé. Avons nous solutionné le problème des enfants et adolescents « délinquants » ? Non. Les causes de la délinquance sont elles les mêmes qu’il y a 100 ans ? Mon expérience me ferait dire, qu’à la racine, oui ; la rupture affective est une des  principales causes. Les conditions de vie sont elles les mêmes ? Non, mais elles sont tout aussi chaotiques et bien trop souvent précaires, dans une société incitant à une consommation exagérée. Société où la reconnaissance de « l’individu », n’est pas vraiment basée sur des valeurs saines. Un autre facteur doit être pris en considération ; celui de l’immigration et sa gestion. Attention, ne me prêtez pas des pensées que je n’ai pas, et je tiens à préciser que je suis en total désaccord avec la politique d’immigration menée par le gouvernement Français. Et force est de constater qu’ici, au Royaume Uni, nous prenons la même direction que la France.
Comme son intitulé l’indique, cet article n’est qu’une introduction de ma propre vision de la violence et quelques unes  de ses causes, sur lesquelles je reviendrai dans mon prochain post. Pour les lecteurs pouvant être choqués par le terme « immigration », vous comprendrez que je prends en considération et respecte le poids  du passif de certaines familles, ayant fui leur pays dans le but de protéger leurs enfants et leur offrir un « avenir ».
Publicités
Cet article a été publié dans French. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Parenthèse sur la violence – intro

  1. Merci Véro pour cette intro sur la violence très intéressante et qui ramène au temps jadis, et même pour tout dire au siècle dernier, lorsque je travaillais à la pouponnière Paul Manchon à Anthony, en banlieue parisienne. Cette structure de la DASS accueillait des enfants âgés de 7 jours (nés sous X) à 7 ans. J’ai eu souvent le sentiment que dans cette situation être violent était pour les enfants une piste précieuse pour rester vivants…

  2. Merci Catherine pour ton commentaire.
    Ayant travaille aupres d’enfants places a la DASS, tu es bien placee pour comprendre leurs maux et la facon dont ils les expriment.
    « Une piste precieuse pour rester vivants » – et reconnus. Ce doit etre terrible pour un petit de grandir dans un foyer, sans amour maternel. Tu vois les gosses que je rencontre ont un sentimemt d’abandon tres prononce, alors qu’ils ne sont pas nes sou X…
    ( sorry, ce clavier est qwerty, donc pas accents)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s